Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bab Librion sur scène

Bab Librion sur scène

Bab Librion  doit son éveil musical à l’église, par amour de dieu, mais surtout pour l’amour de Marie : frêle jeune fille qui jouait diablement bien Bach et Mozart à l’harmonium… Puis dans les balloches, sans l’amour de dieu, mais à la recherche de l’amour des Julie, des Charlotte et autres Manon … Puis dans le transistor en gardant les moutons, rêvant à quelque bergerette.

Ayant commencé par des cantiques, il préfère rapidement passer aux chansons paillardes, chansons de salles de garde chères à Brassens (qu’il préfère aux tirades du Cid, et même aux bluettes des« Jauni » des « Clocloef », etc.. Il découvre ensuite les chansons de révolte, de marins… (merci tonton Marc Ogeret et tantine Francesca Solleville), puis les chansons du « gâs qu’a mal tourné », les chansons de Gaston Couté. Mercis aux tontons Gérard Pierron et Bernard Meulien, qui seront comme une révélation pour cet enfant de pèsans…

Il monte un groupe amateur : « D’itchi pi d’à Couté » ( « D’ici et d’ailleurs » en poitevin) pour faire connaître à son modeste niveau le poète de Meung sur Loire. Il va prendre conscience de la rigueur de la mesure musicale et prendre goût à la scène.

A l’hôpital (il est masseur et en cela déjà collègue de tonton Ricet), pendant 20 ans il va réjouir ses patients avec son répertoire et bassiner ses collègues de travail…

Dans les manifs, il harangue les foules avec ses goualantes et se moque des rois, des dieux et des puissants…

Il participera à la grande aventure de l’association « Chants-Sons » et de son festival : les« Chant’apparts » . Là , il va découvrir des nouveaux tontons et tantines : des Bernard Joyet, des Allain Leprest, des Claude Astier, etc. Une sacrée famille…

Depuis 2002, il  participe au festival yonnais : « Les spectaculaires », fait les premières parties de Yannick Jaulin à Mareuil sur Lay et  de Laurent Malot à Aubigny. Il chante également durant les concerts dans les maisons de quartier et autres lieux privés.


Il prend goût à l’écriture et ose des chansons pour adultes. Toujours avec la collaboration de Yves Chauveau dit « Chonchon » à la gratte, puis de l’arrangeur Jean Luc Béranger dit « Bébère » homme à tout (très bien) faire.


 Il sort son premier CD en 2004 : « Une sacrée famille »

puis un second CD fin 2006 : « Ou la peur ou la colère ».

 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :