Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ÇHÈTE  MENJHIGALLE - CETTE MANGEAILLE

             Çhéte menjhigalle                                                                              Cette mangeaille
I  achete poét d’ çhau lét UHT                                                             Je n’achète point de ce lait UHT

Qu’ét jhusce bun pr lés goréts                                                  Qui est tout juste bon pour les gorets
L’avant outroumàe tote la craème                                                     Ils en ont enlevé toute la crème
Per faere dau beùre lejhae, quant maème                       Pour faire du beurre, léger quand même
Apeçai d’aeve émusiounaie                                                                         Allongé d’eau émulsionnée
Et pu aesai pr lés graèssaies                                                                    C’est plus  facile pour tartiner
Le sunjhant baé a nous réjhimes                                                           Ils pensent bien à nos régimes
En nous afoufant daus sales brimes                                     Tout en nous refilant de sales maladies

I menjhe pu nun pu d’çhés pouléts                                  Je ne mange plus non plus de ces poulets
Lés ous pu moucs que daus  moléts                                                  Aux os plus mous que la brioche
Qu’avant jhamae voeyu le soulall                                                             Qui n’ont jamais vu le soleil
Ni jhamae marchai den l’égall                                                              Ni jamais marché dans la rosée
De quoe te fout’ in d’çhés mouvaes màus                                               De quoi te foutre un cancer
I’aeme meù faere tots les jhors caraeme                                Je préfère faire tous les jours carême
Que d’ menjhaé daus afaéres de maéme                                         Que de manger de telles choses

I’ae poet envie de m’ envrimaé                                              Je n’ai pas envie de me rendre malade
Ac daus tomates au moes de fouvraé                                       Avec des tomates au mois de février
Qui poussant, lés pés den d’la ouéte                                                   Qui poussent dans de la ouate
Plléne de chimie den ine oulléte                                                 Pleine de chimie dans un entonnoir
Qui v’nant en aviun de la Holande                                                Qui arrivent par avion de Hollande
De Chine ou bàe de Novéle-Zélande                                               De Chine ou de Nouvelle Zélande
I veùs poet de çhéte éndustrie                                                          Je ne veux pas de cette industrie
Qui fabrique totes çhés salopries                                                   Qui fabrique toutes ces saloperies

Fàut poét goutàe d’ çhau falli pén                                             Il ne faut pas goûter de ce fichu pain
Pr te noucàe le grous chaudén                                                               Pour de nouer le gros intestin
Qu’ét mouc queme de la vese d’osea                             Qui est mou comme de la merde d’oiseau
Pi l’ lendemén dur queme baradea                                    Puis le lendemain dur comme un battoir
Meù que Jhésu den sen miraclle                                                     Mieux que Jésus avec son miracle
Le fesant dau pén ac dau pllatre                                                            Ils font du pain avec du plâtre
D’ la chàu pi d’ la mouvaese farine                                            De la chaux et de la mauvaise farine
I  veùs poet d’ çheù den ma çheùsine                                       Je ne veux pas de ça dans ma cuisine

Çhéte menjhigalle sen gout ni gouasse                                    Cette mangeaille sans goût ni saveur
Qui rend boube é qui fout la chiasse                                        Qui rend bouffi et qui fout la chiasse
Ruéne tots çhés maleréus paésans                                                    Ruine tous ces pauvres paysans
Basirant ac lés artésans                                                                  Qui disparaissent avec les artisans
Per aporcinaé les bancàes                                                                        Pour engraisser les banquiers
Paucraces, toulls, tots çhés grous goréts                           Rapaces, requins, tous ces gros cochons
Den lleùs chateas ac lleùs béles coches              Dans leurs châteaux avec leurs belles cochonnes
Apraè nous avoer vidé nos poches                                                   Après nous avoir vidé les poches
                                  Bab Librllun mae 2019

 

Tag(s) : #Textes et poésies en poitevin

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :